Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Observatoire régional de la croissance de l'herbe en Normandie, c'est parti !

Observatoire régional de la croissance de l'herbe

Des données analysées chaque semaine. La croissance de l'herbe est observée sur 29 exploitations membres de l'opération.

Initié dans les cinq départements normands depuis une dizaine d’années, l’Observatoire de la croissance de l’herbe (OCH) est un outil d’aide à la décision dans le pilotage du pâturage, et des prairies plus généralement. Cette année l’Observatoire prend une dimension régionale multi-partenariale.

L’observatoire de la croissance de l’herbe, c’est quoi ?

Réparties sur l’ensemble de la région vingt-neuf exploitations font l’objet d’un suivi de la croissance de l’herbe. Chaque semaine :

  • éleveurs ou techniciens mesurent les hauteurs d’herbe et calculent une croissance hebdomadaire
  • un conseiller analyse les conditions de la semaine précédente.

Pour cette première version régionale, la meilleure répartition climatique est recherchée (voir carte ci-dessous). L’observatoire s’adresse à tous les éleveurs, c’est pourquoi le réseau inclut des fermes bovines laitières et viande mais également une exploitation ovine.

Les productions laitières vont de 4 à 10 000 litres de lait par vache avec des chargements de 15 à plus de 50 ares/vl. Les principales races sont représentées (normande, prim'holstein, limousine ou charolaise).

Des croissances déjà élevées pour la saison

L’herbe est bien  présente avec des hauteurs moyennes de 9 cm sur les parcelles prévues au pâturage et des stocks de près de 200 kgMS/VL.

Sur les premiers sites mesurés la semaine dernière, la croissance est de 40 kg Ms /ha /jour. La date d’arrêt d’exploitation à l’automne ainsi que les précipitations hivernales peuvent influer sur la précocité de pousse.

Avec ce niveau de croissance, à 30 ares/vaches, il est possible d’offrir 12 kg MS/jour/VL. C’est pourquoi il est essentiel de réduire progressivement la distribution de fourrages conservés pour éviter les excédents d’herbe, permettre une bonne pression de pâturage et favoriser la luminosité sur les légumineuses garantissant leur développement.

Sur les parcelles destinées à la fauche à dominante légumineuses et notamment sur les jeunes prairies, veillez à ne pas faucher trop tard pour favoriser les repousses de trèfles. Si le rendement est faible, la qualité elle sera au rendez-vous.

A la semaine prochaine !

Fabien OLIVIER
Référent Fourrages régional
Chambres d’agriculture de Normandie