Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Plus que jamais, la Normandie terre de prairie

La première saison de l’observatoire régional de la croissance de l’herbe (OCH) se termine. L’occasion de revenir sur les temps forts de la saison.

 

La croissance de la dernière semaine de suivi a baissé sur les sites mesurés pour atteindre 36 kgMS/ha/jour et les stocks d’herbe diminuent à moins de 11 jours d’avance. Ces chiffres sont en adéquation avec la saison et attestent d’une fin de campagne de pâturage pour la plupart des territoires normands.

 

 

L’OCH en quelques chiffres

  • 29 exploitations suivies
  • 694 croissances calculées soit 24 par site
  • 8,8 cm de hauteur d’herbe moyenne des parcelles
  • 52 kgMS/ha/jour de croissance moyenne sur l’année en Normandie
  • 251 : kgMS/VL de stock d’herbe disponible moyen
  • 32 ares/VL de chargement moyen
  • 70 % des besoins fourragers satisfaits par le pâturage

 

Les courbes de croissance sont proches pour cette saison. En comparaison aux normales, les croissances de ce printemps ont été très atypiques. Un printemps précoce avec des croissances élevées supérieures à 70 kgMS/ha/jour sur tous les sites dès la fin mars début avril. S’en suivit une chute brutale des croissances de plus de 50 % fin avril pour atteindre une moyenne autour de 20 kg sur les zones les plus séchantes.

Le pic de croissance habituel a bien eu lieu mi-mai et même parfois de manière exponentielle. Si les croissances sont habituellement maintenues jusque fin juin, ces dernières ont une fois de plus chuté avant l’été. Certains sites ont fait l’objet de mesures estivales et pour les zones arrosées, les croissances n’ont pas ralenti.

L’automne a enfin été digne d’un printemps avec des croissances supérieures à la moyenne.

Lucie Morin, Ferme expérimentale de la Blanche Maison

A la ferme expérimentale régionale de La Blanche Maison, 25 ha sont accessibles pour le pâturage des vaches laitières. Les données de suivi de l’herbe issues de cette surface sont utilisées à 4 fins :

  • Pour le pilotage du pâturage ; les 25 ha sont découpés en 18 paddocks pour des temps de séjour de 2 à 3 jours. Le suivi du stock d’herbe disponible nous permet de prendre les décisions pour le débrayage des parcelles ou pour l’ouverture du silo.
  • Pour l’observatoire régional de la croissance de l’herbe.
  • Pour un projet portant sur la validation d’un indice de production fourragère utilisé dans les assurances prairies. Avec 10 sites en France, nous participons à la détermination de la production des prairies dans différents contextes en comparant la production calculée grâce aux images satellites (utilisées pour le calcul de l’indice) avec les données que nous calculons au sol grâce aux mesures herbomètre.
  • Pour le projet Casdar Herdect qui a comme objectif d’analyser les potentialités de la télédétection (drone et satellites Sentinel 2A et 2B) pour la conduite des pâturages et pour automatiser leur gestion à l’aide de technologies nouvelles. Il s’agit de connaître le rôle de chacune des méthodes - drone, satellite, mesure au sol de la hauteur de l’herbe - et leur utilisation conjointe pour aboutir à un service innovant et performant.

 

Toute l’équipe de l’observatoire de l’herbe espère vous avoir aidé dans la gestion de vos prairies pâturées et vous souhaite de bien valoriser vos fourrages durant l’hiver.

 

Et voilà, l’herbe fraiche c’est fini, on va bientôt rentrer ! A l’année prochaine !